Le site est en cours de développement. Merci pour votre compréhension

Pour cette première Valoptec Story, il nous semblait essentiel d’interviewer une légende vivante du groupe EssilorLuxottica et de l’Association Valoptec :  Bernard Maitenaz.
 

L’ascension d’un ingénieur ‘’ingénieux’’

Bernard Maitenaz est une figure emblématique du groupe EssilorLuxottica et un fervent défenseur de l’Association Valoptec. Il est connu principalement comme l’inventeur des verres progressifs Varilux, portés par plus de 400 millions de personnes dans le monde. Il a également dirigé le groupe Essilor pendant plus de dix ans et contribué activement au développement de l’Association Valoptec. Après avoir suivi une double formation d’ingénieur. (Mécanique et Optique), il effectue son service militaire. B. Maitenaz a 22 ans. Il est engagé par la Société des Lunetiers pour créer un Bureau d’Études, qu’il dirigera ensuite pendant cinq ans. Aux Arts-et-Métiers, B. Maitenaz se passionne pour la cinématique et les surfaces complexes qu’elle permet, puis à l’Institut d’Optique il découvre les performances prodigieuses de l’œil. Très vite, les double-foyers que porte son père lui apparaissent comme une hérésie qui altère le champ de vision, et il rêve d’un verre dont une surface à puissance progressive, résoudrait le problème posé par la presbytie. Il y travaille ardemment le soir, l’idée prend corps, il dépose une Enveloppe Soleau en 1951 et le verre progressif est mis officiellement à son programme d’études en 1953. Plusieurs années de recherches et de développement furent nécessaires, car tout était nouveau (calcul, fabrication, traçage, contrôle…). Le premier verre progressif Varilux est commercialisé en 1959, c’est une révolution dans le monde de l’optique !


Le capital et le travail

A cette époque, le capital de la Société des Lunetiers appartenait à ses Cadres et ses Agents de Maitrise, actifs et retraités. C’était l’ancêtre de l’Association Valoptec…Dans les entreprises classiques, on parle souvent d’équipe. C’est une notion vitale pour l’efficacité et le climat. Il est intéressant dans ce contexte associatif, de suivre l’évolution de celle de B. Maitenaz : « Au départ mon équipe était très réduite : Serge LEGENDRE, Michel DUFOUR et moi, tous les trois associés. Nous étions très soudés et motivés, car il était impératif d’accéder à l’objectif fixé : réaliser un verre optiquement acceptable. C’était une sorte de start-up, comme on dirait aujourd’hui. Lorsque Varilux fut sur le marché, de nouvelles équipes ont été créées, avec les commerciaux et Michel Gillet qui était en charge des cas difficiles. Il fallait maintenant convaincre les clients... La notion d’équipe s’est ensuite largement développée, avec l’extension géographique des ventes. Cette période fut passionnante, car il y avait, à tous les niveaux, un véritable esprit d’équipe dans lequel la valeur de chacun prenait du sens, on avait le sentiment d’appartenir à une vaste famille : ’’Notre Essel’’ avançait… ! Lors de la fusion Essel-Silor en 1972, l’Association Valoptec fut créée, regroupant les associés venant d’Essel, auxquels s’étaient joints ceux venant de Silor, ainsi que la famille Lissac. Au total, moins de 500 personnes ! « En raison de la future dilution, certains membres anciens avaient peur de perdre cet esprit de famille qu’ils avaient connu, mais en réalité, l’esprit resta intact, et prit même encore plus d’importance sous l’impulsion des deux présidents A. Temkine et R. Grandperret. »


Bernard Maitenaz, un fondateur militant

En 1981, Bernard Maitenaz devient président du groupe Essilor. Durant les onze années de sa présidence, il poursuit le développement numérique de Valoptec au sein de l’entreprise. Il organise les « Journées du président », et se rend régulièrement dans différents établissements d‘Essilor pour visiter dans le détail les usines, les laboratoires, les agences et les filiales... Comme il nous l’explique, « j’ai été profondément frappé au cours de ces visites par l’intérêt des salariés au travail qu’ils effectuaient, et toujours, avec la fierté du travail bien fait ». 

Après les visites, il rencontre les Associés, pour échanger avec eux, sur la stratégie, les résultats, et l’importance de Valoptec. Marqué par l’esprit de famille qui animait Essel, Bernard Maitenaz retranscrit cette idéologie dans son management et crée une relation privilégiée avec ses collaborateurs. Depuis sa création, Valoptec était étroitement associé à la gouvernance de l’entreprise notamment pour les grandes décisions.        
Et Bernard Maitenaz nous donne un exemple historique : 
« Je me souviens, en 1985, nous recherchions un partenaire pour contrer éventuellement une OPA annoncée. Saint Gobain ayant été choisi, son Président, M. Beffa, a dû attendre dans l’entrée de la salle, le résultat du vote de Valoptec réunie en Assemblée Générale… ! Lorsqu’il doit prendre une décision, ou l’exécuter, savoir que l’ensemble de ceux qui auront à la mettre en application sont d’accord, est pour le dirigeant une force irremplaçable »


L’avenir de Valoptec

Aujourd’hui, le champ de l’Association s’est considérablement élargi, avec l’accès possible de toutes les catégories de salariés, et la fusion avec Luxottica. Comment voyez-vous l’avenir de Valoptec ? « Ces changements sont effectivement très importants, mais ils offrent à Valoptec une opportunité unique à saisir : La nature du rôle et des missions de Valoptec n’a pas changé. Seule la distance entre les associés et les décisionnaires s’est fortement augmentée, mais ce lien fondamental n’a pas été rompu. Valoptec est toujours représenté au Conseil d’Administration. C’est le deuxième actionnaire et il peut et doit se faire entendre. Cette nouvelle situation et l’élargissement de son champ d’action, impliquent évidemment la mise en œuvre de moyens nouveaux et adaptés. Les associés actuels trouveront toujours dans l’Association les éléments qui ont conduit à leur adhésion. Ils devront s’organiser pour accueillir les nouveaux entrants après les avoir convaincus de l’intérêt de leur adhésion. Les arguments ne manquent pas : élargir son horizon ayant la possibilité de bénéficier de l’information générale et locale sur la stratégie et ma marche des affaires, participer à des réunions et des échanges constructifs en vue d’améliorer les conditions de travail. Pour le quotidien, faire partie d’une équipe sympathique voire amicale, et sentir que l’on est reconnu, apprécié. Partager ce sentiment d’appartenance qui donne au travail quotidien une dimension nouvelle et très motivante. Participer aux résultats financiers de cette entreprise unique, et se constituer un pécule qui prendra de la valeur.

En un mot, se sentir bien dans une entreprise dynamique qui est un peu ‘’son’’ entreprise et dont on est fier ! ». Comment voyez-vous cet élargissement inéluctable de Valoptec ? « Ce sujet est vaste car il relève en fait d’une stratégie mondiale : Faut-il organiser cette ‘’croisade’’ en commençant par les équipes les plus ‘’proches‘’, et attendre un peu pour aborder les autres continents ? Faut-il favoriser l’entrée des ‘’jeunes’’ et recourir au parrainage par des anciens, comme cela a été évoqué ? Un aspect positif de cette version serait de faire baisser l’âge moyen de l’Association et d’y faire entrer des jeunes, sans doute plus inventifs et plus motivés… ? Je suis trop loin maintenant des opérations pour émettre un avis valable… et je suis confiant dans la compétence et le dynamisme des membres actuels, actifs et retraités, du Conseil, pour conduire à terme cet élargissement historique. Un élément très positif sur ce sujet, est l’accord de M. Del Vecchio sur cet élargissement de Valoptec dont il a bien mesuré l’importance humaine pour le développement de l’entreprise. »

Pour conclure cette interview, voici le message de Bernard Maitenaz pour les jeunes :

« Vous travaillez chez Essilor, société unique, leader mondial dans son domaine, réputée pour ses produits innovants et dont le marché ne cesse de croître. C’est une chance qu’il vous faut saisir, car Essilor a besoin de vous. Par l’adhésion à Valoptec, le ‘’salarié’’ d’Essilor devient un ‘’partenaire’’, reconnu et considéré. Apportez sans compter votre jeune énergie, vos ambitions, et vos talents de toutes natures. Adhérez à Valoptec afin de bénéficier pleinement lu climat de l’entreprise, de ses objectifs et de ses résultats… Essilor est mondial. Aussi, vous changerez sans doute plusieurs fois de terrain de jeu. Je vous souhaite d’avoir par vos missions successives, une trajectoire passionnante comme le fut la mienne… Lorsque l’on est motivé, car bien informé, l’accomplissement d’une tâche même classique peut devenir enthousiasmante ! ».

Ce site Web utilise des cookies

En continuant à naviguer sur ce site web, vous acceptez l'utilisation de cookies pour mesurer l'audience de nos sites web, créer des statistiques et vous offrir des fonctionnalités sociales.

Plus de détails Moins de détails